Série d’interviews sur l’accessibilité : Sylvie Duchateau

Openweb.eu.org > Blog  > Série d’interviews sur l’accessibilité : Sylvie Duchateau

Abstract

Notre série d’interview se poursuit avec une invitée de marque… Sylvie Duchateau, de l’association Braillenet.

Article

OpenWeb : Faisons connaissance. sourire

Sylvie Duchateau : Mon nom est Sylvie Duchateau. Je suis aveugle de naissance et je travaille depuis 15 ans dans le secteur de l’accessibilité numérique à l’Association BrailleNet.

À titre professionnel comme privé, je navigue tous les jours sur le Web et je suis confrontée aux barrières d’accessibilité dont la toile est parsemée. En effet, il est encore trop rare de se trouver sur un site qui respecte les normes d’accessibilité Web Content Accessibility guidelines. Ces recommandations ont été développées par l’initiative WAI du W3C pour permettre au plus grand nombre d’accéder aux contenus Web quels que soient les outils qu’ils utilisent ou leurs capacités physiques ou mentales.

Ces recommandations internationales, devenues norme ISO en octobre 2012 ont été traduites dans plusieurs langues, dont le français. J’ai eu le plaisir de coordonner cette traduction effectuée par un comité francophone. Elle a été agréée par le W3C et sert de support au Référentiel Général pour l’accessibilité des administrations RGAA. Ce référentiel est la norme pour les sites publics.
Malheureusement, aucune norme n’existe pour les sites privés et encore trop peu de sites publics sont conformes au RGAA ce qui rend notre navigation parfois difficile et les informations compliquées à trouver.

OpenWeb : Pouvez-vous nous présenter la(les) technologie(s) d’assistance ou les moyens que vous avez à votre disposition, et ce que cela vous permet de faire sur le Web ?

Sylvie Duchateau : Le Web est donc mon outil de travail puisque je sensibilise, forme et informe les concepteurs de sites Web, les chefs de projets, personnes œuvrant dans le domaine du handicap et aussi des utilisateurs en situation de handicap visuel. Mais je me sers du Web également dans ma vie de tous les jours pour commander des croquettes pour mon chien guide, de la musique en ligne, déclarer mes impôts et m’informer. Je me sers d’un lecteur d’écran, de plus en plus NVDA qui est un logiciel de lecture d’écran libre sous Windows, et VoiceOver sous Mac et iPhone. J’utilise également une plage braille pour lire le code, corriger la langue et parce que l’accès à l’écrit est primordial, même quand on ne voit pas.

Le téléphone mobile ou l’iPad sont devenus de bonnes alternatives pour rechercher des informations sur le Web, être actif dans un réseau social ou communiquer par courrier électronique avec son entourage. C’est plus rapide à allumer qu’un ordinateur et c’est utilisable aussi bien dans son salon que dans les transports en commun.

OpenWeb : Des exemples de sites que vous aimez utiliser ou sur lesquels vous aimez bien naviguer ?

Sylvie Duchateau : Étant toute la journée sur le Web dans le cadre de mon travail, je ne surfe pas souvent pour mon plaisir à la maison. Mais j’aime bien utiliser le site d’Amazon ou autres billetteries en ligne, des sites pour m’informer sur les transports et plus rarement des sites d’information. Il est très appréciable de pouvoir télécharger une application de ces sites pour le téléphone qui est souvent plus facile à utiliser que le site en lui-même car moins chargée en informations.

Ce qui est dommage, c’est que trop souvent les sites qui étaient accessibles ne le sont plus ou d’autres qui pourraient être utiles ne le seront jamais.

Ainsi, on attend toujours l’arrivée d’un cybermarché en ligne accessible à tous.

OpenWeb : Un bonus, trois choses qui vous rendent dingue et auxquelles vous ne souhaitez plus être confrontée sur un site ?

Sylvie Duchateau : Il y a souvent des choses qui me mettent hors de moi lorsque je vais sur les sites Web :

  1. Une application qui était accessible et utilisable qui ne l’est plus tout à coup : les boutons n’ont pas d’étiquettes et sont lus « bouton 142.gif » par le lecteur d’écran), ou l’application se ferme sans prévenir.
  2. Je ne comprends pas non plus l’obstination des décideurs à mettre partout des carrousels avec des actualités défilantes que l’on ne peut pas arrêter et qui perturbent la lecture lorsque l’on ne voit pas l’écran dans son ensemble.
  3. Enfin, la ténacité des sites de banque à utiliser un clavier virtuel pour s’identifier, pour des soit disant raisons de sécurité et qui gênent non seulement les personnes déficientes visuelles car il faut mettre en place une solution alternative, mais aussi les personnes qui ont du mal à cliquer pour des raisons motrices ou même tout utilisateur nouveau sur le Web pour qui la surface de clic est trop insuffisante pour activer le bon chiffre. Et enfin, toujours lié à la sécurité, la manie de mettre partout des captchas pour lesquels n’existe aucune solution alternative que le déchiffrage visuel, ou une alternative audio incompréhensible. Ces captchas sont de plus en plus fréquents sur les formulaires de contacts de sites publics et inutilisables pour nous mais aussi pour toute personne sans handicap comme ma fille de 8 ans à qui j’ai demandé récemment de déchiffrer un captcha pour moi.

En conclusion, les nouvelles technologies apportent beaucoup pour permettre l’intégration des personnes en situation de handicap, le Web est un atout formidable également, mais si rien n’est fait pour en améliorer l’accessibilité, beaucoup trop d’internautes seront de nouveau exclus de la société. Alors, pensez, vivez et faites accessible !

Note : cette interview fait partie d’une série d’interviews sur l’accessibilité.

À propos de cet article

  • Openweb.eu.org
  • Thème : Accessibilité
  • Auteur :
  • Publié le :
  • Mise à jour : 18 juin 2014

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom