10 ans d’Openweb avec… Nicolas Hoffmann

Openweb.eu.org > Blog  > 10 ans d’Openweb avec… Nicolas Hoffmann

Abstract

La série continue, le membre qui se prête au jeu aujourd’hui est… Nicolas Hoffmann !

Article

OpenWeb : Quand avez-vous connu OpenWeb et dans quel contexte ?

Nicolas Hoffmann : Je finissais mes études à l’IUT et j’avais pour idée de faire un site dont la présentation se change en un clic sans changer la source (les CSS alternatives en somme). Je m’y suis cassé les dents (tableaux de présentation obligent), avec la rage (de dents) de se dire « mais comment une idée aussi stupide peut être aussi dure à réaliser ! ». Précisons que le CSS Zen Garden n’existait pas encore à l’époque.

Plus tard, j’ai vu le site OpenWeb sortir. Citation d’époque quand j’en ai vu la source et cherché à comprendre : « *Pu… rée*, mais comment ils ont fait ça ? C’est exactement ce que je cherche depuis des mois ».

Durant mon stage de fin d’études, j’ai commencé à appliquer tous ces préceptes lors d’une réalisation. Comme dirait Yoda « tu dois désapprendre tout ce que tu as appris »… j’ai fait mon premier site en utilisant réellement CSS, c’était un peu laborieux (surtout que j’avais dû utiliser ASP en guise de langage de serveur), mais j’en étais assez content : le site était joli et valide XHTML ! (ce qui était un tour de force pour une première fois)

Quand j’ai fait ma soutenance de stage, mon propre maître de stage, alors que je lui soutenais que cette façon d’intégrer était géniale et qu’il fallait laisser tomber les tableaux de présentation, m’a sorti sans comprendre la moitié de ce que je lui disais : « c’est très bien, mais personne ne vous demandera jamais de faire ça ainsi ». Un conseil d’avenir sans aucun doute ! Tellement d’avenir que j’ai décidé de n’en faire qu’à ma tête, et de continuer comme je pensais. Aucun doute, je tenais une façon de travailler et de voir les choses qui me plaisait.

OW : Qu’est-ce qu’un projet comme Openweb vous a apporté ?

NH : Déjà, beaucoup de connaissances de qualité à un moment où il n’y en avait pas beaucoup, et encore moins dans la langue de Molière.

Et surtout une confirmation d’une intuition : il était possible de faire bien mieux que ce que l’on faisait à l’époque, avec si peu de code et tant d’avantages. Même si le métier a beaucoup évolué depuis, cette approche qualitative qu’Openweb m’a inspirée n’a jamais été prise en défaut et m’a même permis des choses qui n’existaient pas à l’époque (media-queries, etc.). Sur des périodes de 10 ans et quand on parle de temps Web, c’est extraordinaire de pouvoir se dire qu’un choix fait il y a des années vous ouvre encore des possibilités aujourd’hui (je parle bien de l’approche, pas de la technique).

Ajoutons à cela que quand j’ai rejoint le collectif, ça m’a apporté en plus de gros progrès quant à l’écriture d’articles (et encore, sur ce point, j’ai beaucoup de marge clin d'œil), sans compter que quand on lance une idée sur la mailing-list, de nombreuses pistes auxquelles on n’a pas du tout pensé arrivent, c’est un des principaux bonheurs d’avoir autant de compétences variées dans ce collectif : je me sens toujours débutant et je suis toujours plus avide d’apprendre.

Plus on partage ses connaissances, plus on en apprend : c’est mon principal moteur à l’origine de mon amour inconditionnel de ce projet, et plus largement du petit microcosme français de qualité : Alsacréations, Pompage, Opquast, etc.

À titre plus personnel, ça a achevé de me convaincre qu’il ne faut pas attendre pour faire quelque chose, il faut se lancer, y aller pied au plancher, y mettre tout son cœur et toute son énergie. On écoutera les peurs, les excuses et les angoisses après (même les siennes, surtout les siennes), là, y a pas le temps, on y va, go go go !

OW : Et vous verriez quoi pour les 10 prochaines années ?

NH : Un simple lieu hors du temps et de l’affolement général généré par le « buzz » où l’on peut tout à fait se poser des questions ou des problématiques d’actualité, mais en poussant la réflexion plus loin que l’instant présent ou une simple mode. Une valeur sûre pour, selon le slogan, « bien faire le Web ».

Même si les standards sont rentrés dans les mœurs, je crois que d’importants combats seront à mener pour défendre le Web ouvert, la qualité Web, l’accessibilité, etc.

Il nous faut également transmettre cet amour du « Web bien fait » aux débutants, pour leur éviter de créer ou de subir les mêmes problèmes que nous avons connus ou générés. Il paraît que la vie est un éternel recommencement, toutefois, si nous pouvions apprendre de nos erreurs passées… ce serait mieux.

J’ai la conviction que le Web francophone a d’immenses choses à dire et à faire, les diverses conférences auxquelles j’ai pu assister ne font que renforcer cette conviction. C’est entre autres pour cela que régulièrement, j’essaie de motiver les gens à écrire, que ce soit sur Openweb ou ailleurs, sur leur propre site, etc.

Et à titre personnel, je compte bien continuer de me faire plaisir en participant activement ici, autant pour les connaissances que pour le côté relationnel. Je re-signe de suite pour 10 ans, c’est que je les aime mes Openwebiens sourire

À propos de cet article

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom